Paralysie et spasticité lors de SEP

Des jambes fatiguées à l'immobilisation

Les personnes atteintes de sclérose en plaques se plaignent souvent d'avoir des jambes fatiguées et lourdes ou même des problèmes de la motricité fine faisant augurer des paralysies au niveau des bras. Les contractions de la musculature (spasticité) et les phénomènes de paralysie sont des symptômes typiques de la sclérose en plaques. Leur impact va d'une fatigue rapide de la musculature à la paralysie des bras ou des jambes. En effet, chaque fibre nerveuse qui contrôle les muscles par le biais du cerveau ou de la moelle épinière est affectée. Mais ces symptômes peuvent cependant être mis sous contrôle par des traitements appropriés.

Deux types de symptômes peuvent se manifester:

  • atteintes à la motricité volontaire, donc des mouvements contrôlés de manière active
  • troubles fonctionnels des muscles ou des systèmes musculaires travaillant inconsciemment comme ceux de la vessie ou du rectum.

De la fatigabilité à la paralysie

Selon l'importance et la localisation du foyer SEP dans le système nerveux central (SNC), les troubles au niveau de la fonction musculaire volontaire pourront présenter des répercussions fort différentes. Cela peut aller de la fatigabilité extrême de certains muscles (" je ne peux courir que la moitié du trajet habituel") jusqu'à l'incapacité de bouger (paralysie incomplète jusqu'à complète) les muscles respectifs.

Faiblesse musculaire et spasticité

L'atteinte de la musculature à la jambe peut conduire à une incapacité de marcher chez la personne concernée. Lorsque les muscles ne sont plus contrôlés par le système nerveux central (désinhibition), une augmentation de l'activité musculaire peut éventuellement survenir, ce qui s'appelle spasticité. Plus de 30% des personnes atteintes de sclérose en plaques sont concernées par la spasticité et présentent des muscles raides ou contractés.

Traitement de la paralysie et de la spasticité lors de SEP

Les troubles moteurs peuvent affecter non seulement les muscles des bras et des jambes mais également les muscles pharyngiens et faciaux, ce qui peut provoquer des dysfonctionnements dans l'élocution, la déglutition ou l'expression faciale. Comme il en est de même pour les autres symptômes de la SEP, une régression complète ou partielle peut être observée. Mais lorsque les symptômes perdurent, les troubles de la spasticité peuvent essentiellement être influencés par un traitement médicamenteux ciblé et /ou par la kinésithérapie. Des exercices de gymnastique peuvent contribuer à préserver une musculature souple. L'hippothérapie (thérapie par le cheval) et la relaxation musculaire progressive offrent de bonnes possibilités de contrer une paralysie ou une spasticité.

 

 

1 2 3 4 5
Sie sind nicht eingeloggt. Sie müssen sich anmelden um diesen Artikel zu bewerten.